Candidat: A propos
Nom complet

Minnig Michel

Commune

Vercorin, commune de Chalais

District

Sierre

Catégorie d'age

+65

Sexe

Masculin

La touche perso

S’il fallait donner un symbole à cette dynamique citoyenne que nous voulons créer, je m’inspirerais de mon village natal, Vercorin, sans que cela n’enlève quoi que ce soit à la beauté et la pertinence d’autres lieux de notre district ou d’ailleurs. Vercorin qui géographiquement se situe à l’embouchure du Val d’Anniviers, ce Valais profond où nous puisons notre inspiration ; Vercorin qui géographiquement aussi domine la vallée du Rhône, ce Valais que l’on imagine, ce Valais de l’ouverture, d’un développement humain et économique novateur, ce Valais d’une citoyenneté réinventée.

Candidat: En détail
Profil

Comme vous, chers (ères) citoyens (ennes), j’ai été séduit par l’Appel. Comme vous, je crois à la force de cette société civile à laquelle nous appartenons, cette expression de la vitalité de nos démocraties avancées. Et plus encore en un moment où il convient de renouveler notre contrat social, notre charte du « vivre ensemble », notre constitution.

J’ai maintenant 66 ans et après 25 ans passés au CICR, sur le théâtre international des conflits et de la violence, je suis redevenu, à ma retraite il y a 8 ans, citoyen à part entière de mon village natal, Vercorin. A ce titre, je me suis largement impliqué dans divers projets/ manifestations du cru, notamment en créant avec mon épouse une association à but non lucratif, et ceci au sein même de notre chalet de Vercorin.

Ces 25 ans passés au service de l’humanitaire ne furent pas toujours faciles et parfois périlleux mais j’y appris , pêle-mêle , un certain nombre de choses : l’ouverture à d’autres cultures ; l’art abrasif de la négociation auprès de belligérants souvent insensibles à leurs obligations humanitaires ; la mise en œuvre d’une action improbable et pourtant indispensable, pour protéger et assister les victimes de la guerre et de la violence, au premier chef desquelles les populations civiles, au fond des citoyens comme vous et moi mais des citoyens sans droit , des citoyens dans la tourmente. Au CICR j’ai également appris   la valeur d’un travail en équipe, sans quoi il ne saurait y avoir de réussite.

Durant cette époque, sur le terrain, en filigrane et par contraste, je pensais souvent à notre Suisse, ce havre de paix, ce modèle de démocratie et de prospérité que beaucoup nous envient, mais les modèles, me demandais-je encore, ne s’effritent-ils pas lorsqu’on cesse de les construire, de les inventer ? Au milieu de tout cela, notre Valais, terre d’attachement que je visitais aussi souvent que je le pouvais, terre de beauté, terre de pauvreté aussi dont il avait fallu s’extraire à la force des poignets, terre encore de têtes dures qui aiment à camper sur leurs positions et certitudes.

Priorités

La Constituante n’est-t-elle pas aujourd’hui pour nous autres, Valaisans et Valaisannes, une opportunité en or pour remettre l’ouvrage sur le métier, pour questionner notre modèle et en fin de compte le parfaire, tous ensemble, formations politiques traditionnelles et cette fois-ci aussi, vous et moi, la société civile ? De cela je suis fermement convaincu et si vous le voulez bien, je suis prêt à m’atteler avec modestie  à cette tâche en me présentant comme candidat  pour le district de Sierre.

Les défis que posent cette nouvelle constitution sont multiples, je n’en citerai au passage que quelques-uns : la réflexion sur un modèle économique qui allierait innovation, durabilité et intégration dans notre environnement ; la recherche d’un nouveau dynamisme entre la plaine et les vallées ; la redéfinition de notre « industrie » touristique et sa valorisation ; la défense de nos valeurs démocratiques et ses mécanismes de représentativité.

Engagements

Mais comment m’attaquerais-je à ce labeur citoyen ?

En premier lieu, en essayant de mieux faire connaître aux électeurs et électrices valaisans(annes) l’Appel Citoyen, en encourageant et participant au débat que notre société doit lancer, de sorte à obtenir  au moment des votations ce quorum  imparable sans lequel on ne peut prétendre à la représentation; ensuite, en prêtant  main forte, même  si cela est une main de senior, aux éléments les plus alertes de notre mouvement, à savoir les actifs dans la fleur de l’âge, hommes et femmes confondus, ceci tout en tirant profit de la fraîcheur et l’élan que nous donnera la jeunesse de l’Appel Citoyen